Personne ne meurt jamais vraiment

Print Friendly, PDF & Email

– Hôtel Vendôme. Que puis-je faire pour votre service?
Martine fut rassurée par la voix professionnelle qui l’accueillait.
Hélas, elle s’empêtra dans une histoire embrouillée qui éveilla tout de suite la méfiance de son interlocutrice : elle devait parler de toute urgence d’une affaire très importante avec des Américains dont elle ne connaissait pas le nom mais qu’elle savait être descendus à l’hôtel Vendôme.

Devant la mauvaise volonté de la réceptionniste à lui donner satisfaction, Martine finit par prendre un ton ridiculement autoritaire, lui intimant l’ordre de lui fournir immédiatement les renseignements qu’elle exigeait.
Au bout du fil, on lui demanda à nouveau ce qu’elle leur voulait à ces clients dont elle était incapable de donner le nom.
– Puisque je vous dis que c’est personnel !…
– Il nous faut un nom ou un numéro de chambre. Nous ne donnons pas ces renseignements au téléphone. Et nous ne passons pas ce genre d’appel dans les chambres.

A l’autre bout, on raccrocha le téléphone. Martine faillit exploser en larmes. Mais la vision fugitive du gros monsieur qui s’était fait voler son portefeuille (comme elle comprenait maintenant son désarroi !) suffit à la calmer.

Elle irait en personne à l’hôtel Vendôme dès son prochain voyage à Paris. Elle demanderait à parler au directeur. Si elle n’obtenait pas satisfaction, elle était décidée à faire un foin de tous les diables pour obtenir ce qu’elle voulait. Quitte à frapper à toutes les portes des chambres jusqu’à ce qu’elle retrouve ses voleurs d’image !
Elle n’irait pas par quatre chemins. Elle les menacerait de poursuites judiciaires, de procès s’ils ne voulaient pas effacer (Là ! Tout de suite ! Devant elle ! ) de la mémoire de leur appareil la photo qu’ils lui avaient volée.

Share