Personne ne meurt jamais vraiment

Print Friendly, PDF & Email

A son arrivée à Detroit, Martine s’installa au Ramada Inn près de l’aéroport.
Dans l’annuaire téléphonique de la ville, il y avait toute une liste de Martin Miller. Elle trouva le bon grâce à son adresse.

A la femme qu’elle avait au bout du fil (Shirley !), Martine expliqua qu’elle était envoyée par l’hôtel Vendôme et qu’elle cherchait à acheter des photos de Paris prises par les clients pendant leur visite en France.
Il s’agissait d’une opération de marketing. Les photos sélectionnées feraient l’objet d’une exposition. Des prix seraient remis aux meilleurs photographes amateurs sous forme de séjours tous frais payés dans la capitale.
Shirley ne savait quoi penser de cette histoire. Martine devait rappeler plus tard. Son mari ne rentrait du travail qu’en fin d’après-midi.

Le soir venu, Martine appela à nouveau au domicile des Miller. C’est lui qui décrocha. Avant même qu’elle ait pu expliquer la raison de son appel, l’homme voulut savoir à qui il avait à faire et lui fit passer un interrogatoire serré. Qui était-elle? Comment avait-elle eu ses coordonnées? Combien de temps restait-elle à Detroit? Quel type de visa? Où résidait-elle pendant son séjour?
L’homme ne lui laissa pas le temps de prendre la parole.
Mis au courant de toute l’histoire par Shirley, il la coupa net quand Martine voulut à nouveau expliquer la raison de son appel.

Juste deux informations essentielles avant d’aller plus loin. A quel prix l’hôtel rachèterait-il ses photos ? Il n’accepterait que du cash.
Martine ne pouvait pas lui donner un chiffre avant d’avoir estimé la qualité de ce qu’il avait à proposer. La préférence allait d’abord aux photos de clients de l’hôtel prises devant les monuments de Paris.
– I got that!, dit-il.

L’homme lui donna rendez-vous le lendemain à huit heures (après son service, précisa-t-il) au Denny’s, un restaurant situé à deux blocs de chez lui.

Elle se souvenait de lui (un grand costaud d’une quarantaine d’années aux cheveux coupés courts avec un blazer bleu et un pantalon de toile beige qui tirebouchonnait sur ses baskets) mais, pour donner le change, elle devait quand même lui demander comment elle le reconnaîtrait.
Il répondit qu’il était capable de démasquer à coup sûr une Parisienne parmi les clients d’un dinner du Michigan.

Share