Personne ne meurt jamais vraiment

Print Friendly, PDF & Email

Martin Miller, 18744 Harper Avenue, Detroit, MI 48224-1944.
L’épouse avait pour prénom Shirley et le fils Bruce.
Martine avait obtenu tous les renseignements qu’elle demandait. Elle disposait même de leur numéro de passeport et de celui de leur carte American Express.
On avait été jusqu’à lui fournir la liste de ce qu’ils avaient consommé au minibar et le détail des collations qu’ils avaient commandées au room service.
Manquait le moyen de les contacter directement : numéro de téléphone ou adresse mail.

Elle fit des recherches sur Google.
Des milliers de pages se proposèrent en réponse à ses requêtes. Mais aucune ne donnait le renseignement dont elle avait besoin.
Elle tombait parfois sur des sites remplis de photos insoutenables montrant des rites satanistes et faisant l’apologie de la torture. Qui s’en délectait de ces images? Quelles pulsions satisfaisaient-elles? Qu’étaient devenus les personnages de chair et de sang dont les représentations dérivaient sans fin dans l’espace immatériel du web ?

Finalement, parce qu’elle venait de localiser l’adresse exacte des Miller sur un plan de la ville, elle prit la décision de prendre un billet d’avion pour Detroit et de réserver un hôtel.
Elle irait elle-même sonner à leur porte pour leur réclamer la photo qu’ils lui avaient volée.
Il fallait impérativement qu’elle récupère son image avant de recevoir ses résultats d’examen.

Share