Aimées

Aimées
Print Friendly, PDF & Email

Une campagne sous la neige (ciel de cendre, rameaux désertés, bassins vidés), où nous allons bras dessus bras dessous pour nos épousailles.

Le pronostic des familles était juste puisqu’un jour d’été je la rencontrai dans les rues de la ville – tresses blondes, pieds nus, robe d’azur- et je l’ai aimée.

Puis, la patience des dimanches, l’office du matin (elle y est!), le ciel en partage.

Les jolis mois de mai, les acacias neigent en silence dans la grande cour déserte.

Une fête foraine fait rage dans les faubourgs…

En attendant l’atroce jubilation des cloches appelant à vêpres.

Share